La famille royale d’Avotour

En attendant le défi qu’Aila lancera aux amateurs de fantasy dans deux jours et demi, découvrez la famille royale qui joue un rôle essentiel dans cette saga :

La famille royale :

Le roi Sérain : c’est un roi volontaire, déterminé à se battre pour sauver son royaume de la misère, puis à essayer de le protéger d’une menace encore plus terrible. Marié à Éthel, il n’est plus que le père de trois garçons, sa seule et unique fille ayant été tuée.

La reine Éthel (décédée) : elle est morte lorsque, voulant protéger son mari d’une tentative d’Assassinat, elle s’est placée sur le chemin de la flèche, tout en tenant sa fille dans ses bras. Le trait les a tuées toutes les deux.

Hubert : fils aîné, il seconde son père dans la gestion du royaume. Ayant grandi plus vite qu’il n’aurait dû, il porte sur ses épaules un fardeau bien trop lourd et qui le poursuivra longtemps.

Adrien : le cadet, c’est celui qui ressemble le plus à son père.

Avelin : le benjamin, tête folle de la fratrie, il se met toujours dans des situations impossibles. Dévasté par la mort de sa mère et de sa petite sœur adorée, il cherche, dans son comportement fanfaron, un moyen d’oublier sa colère et sa rancune.

Audéi (décédée) : dernière née et tuée en même temps que la reine Éthel, sa mère. Sa disparition a fortement perturbé son frère Avelin.

Dame Mélinda : sœur de la reine Éthel, épouse de sire Elieu, seigneur d’Antan. Efée fut son amie d’enfance.

La biographie de la romancière

Catherine Boullery naît dans la banlieue parisienne (93) en octobre 63. Toute petite déjà, elle veut enseigner et, par vocation, s’engage dans cette voie, optant finalement pour la filière sciences physiques, après de nombreuses hésitations. Pendant ses études, elle profite de ses moments de liberté pour voyager : Autriche, Cap nord, Crète, Bali, Pérou – Bolivie – Argentine, Islande, Chine… et assouvir une de ses passions : la photo.

Professionnellement, Catherine débute sa carrière d’enseignante au lycée Claude Debussy de Saint-Germain-en-Laye, avec une première S dont, aujourd’hui encore, elle conserve un souvenir ému. Ensuite, elle passe au collège Jean-Jaurès à Poissy avant d’être en poste au lycée Évariste Galois de Sartrouville. Dans le même temps, elle se perfectionne en pédagogie, communication et s’investit pendant une année dans la formation pour jeunes adultes. Quand sa famille s’agrandit, elle recentre sa vie sur elle et ouvre de nouvelles perspectives, comme celle de créer des histoires qu’elle raconte à ses enfants ou simplement à elle-même. Elle ne songe même pas qu’elle pourrait écrire, son temps est consacré à d’autres bonheurs…

En 2008, ses trois enfants ont grandi et sa vie lui laisse un peu de liberté. En discutant avec une amie, elle lui explique la nouvelle idée d’histoire qui a germé dans sa tête. Cette dernière s’enthousiasme et s’exclame : « Mais pourquoi tu ne l’écris pas ? Ce serait super ! »

Catherine profite donc des vacances d’hiver pour se lancer, comme ça, juste pour voir et elle s’amuse, non, mieux, elle se régale avec la magie des fées ! C’est le début d’une longue histoire avec des fées, et une héroïne qui n’a pas froid aux yeux, un royaume, une famille royale, un petit comté d’où tout est parti avec la garde rapprochée… Même une version anglaise est disponible. Even an English version of the fantasy novel is available.

Communicative dans sa nouvelle passion, Catherine partage ses premiers chapitres avec une collègue, aucunement adepte de fantasy, mais très intéressée de participer à cette aventure, autant pour sa réalisation que pour son contenu. Cette complicité extraordinaire ne se démentira jamais au cours des neuf mois qui suivront et qui suffiront à achever la première partie de la saga d’Aila.