Découvrez le début de l’histoire de L’Oracle de Tennesse

Pour découvrir comment débute le tome 3 de la saga de fantasy, voici le lien vers le début de l’histoire de L’Oracle de Tennesse.

Dévastée par le tour que prend sa vie, obligée d’abandonner au petit matin le plus beau de ses rêves, Aila reprend la route pour retourner en pays hagan. Tout en elle se rebelle contre cette destinée qui la brise jour après jour, insensible à sa souffrance ou ses désirs. Alors qu’un bruit de sabot retentit sur le chemin, elle découvre avec stupeur la venue de Niamie, la petite fille qu’elle avait sauvée de la sorcellerie au village de Pontet. Mais quelle idée saugrenue a traversé l’esprit de cet Oracle qui a choisi d’entraîner une enfant si jeune dans ses aventures périlleuses ?

La suite sur le lien de fantasy.

L’histoire du Salon du livre de Sartrouville 2013

Comme l’an passé, les fans étaient au rendez-vous. Le thème était la frousse, mais les autres genres avaient droit de cité. Catherine Boullery dédicaçait les deux tomes de sa saga de fantasy autour d’Aila, jeune combattante aventureuse au destin contrarié. Certains avaient fait le déplacement juste pour venir acheter ces romans…

Un reportage en images est disponible pour revivre les temps forts de ce Salon du livre. Un grand merci à la mairie pour l’organisation et au temps qui fut un petit peu meilleur.

 

 

Le début de l’histoire

Allez, je vous aide un peu pour le concours lancé par UPblisher. Je vous donne le début de l’histoire

Les légendes en Avotour racontent qu’hommes et fées vécurent en parfaite harmonie jusqu’au jour où un interdit absolu fut transgressé : l’amour entre un homme et une fée. Pour qu’un tel malheur ne se reproduise plus, les fées choisirent de disparaître aux yeux des hommes et c’est ainsi qu’aujourd’hui, en Avotour, plus personne ne croît aux fées ou presque…

Orpheline de mère, Aila a grandi élevée par son oncle Bonneau dans le comté d’Antan. De loin, enfermée dans l’incompréhension totale de ce père qui l’a reniée à sa naissance sans raison apparente, elle observe son père Barou Grand et son petit frère Aubin vivre ensemble. Et, pourtant, ce colosse est le plus grand héros du royaume. C’est lui qui, des années auparavant, a repoussé chez eux les Hagans, peuple frontalier, féroce et sanguinaire, qui venait piller et tuer.

Heureusement, la jeune fille n’est pas seule. La châtelaine d’Antan, Mélinda s’occupe d’elle comme de ses trois filles, lui offrant une présence féminine indispensable tandis que Hamelin, le mage du château, érudit et sage, lui enseigne tout ce qu’il sait. De plus, Aubin, bravant l’interdit parental, décide de se rapprocher d’elle dans le plus grand secret.

Alors qu’Aila devient adolescente, Bonneau décèle chez sa nièce une aptitude peu commune à se battre et décide de la former. Aujourd’hui, à seize ans, elle est devenue une exceptionnelle combattante, en particulier, lorsqu’elle manipule le kenda, un bâton de combat aux propriétés peu conventionnelles. Elle est l’élève qui ferait la fierté de Barou. Cependant, rien n’a changé et ce dernier persiste à l’ignorer.

Deux journées de deuil sont décrétées quand le roi Sérain d’Avotour perd sa femme et sa fille dans un attentat qui lui était destiné. À la suite de cet événement tragique, il décide de protéger ses trois fils en créant une garde rapprochée. Naturellement, il envoie chercher ces hommes parmi l’élite d’Avotour, c’est-à-dire dans le camp de formation de Barou Grand. C’est la chance que saisit Aila pour enfin prouver sa valeur. Malheureusement, Barou refuse sa participation. Alors, pour la première fois de sa vie, Aila s’oppose à lui et fait appel à une loi ancienne qui l’autorise à changer de père. Sa joie explose quand elle est sélectionnée, mais c’est aussi tout son monde qui bascule. Dorénavant, elle va quitter la sécurité d’Antan et son bonheur est teinté d’une légère appréhension.

Son départ proche perturbe plus que de raison Hamelin. Aila connaît depuis bien longtemps son intérêt pour les fées et l’a toujours considéré comme l’expression d’une forme de nostalgie chez un homme attaché de traditions ancestrales. Seulement, quand elle touche le petit livre aux paysages mouvants qu’il lui tend, elle se sent immédiatement happée dans un autre monde avant de briser la magie du moment. Hamelin est convaincu qu’Aila peut communiquer avec les fées tandis que la jeune fille refuse totalement d’envisager, même l’espace d’un instant, l’existence de telles créatures. Malgré tout, par affection pour le vieil homme, elle emporte le livre qu’elle fourre au fond de son sac, espérant ainsi l’oublier au plus vite.

La qualité de vie en Avotour s’est bien dégradée depuis quelques années. La misère y côtoie la disette. De plus, affaibli, le pays redevient la cible de nouvelles attaques haganes et l’objet de convoitise de contrées limitrophes soutenus par la traîtrise interne de certains comtés du royaume. C’est ainsi que les membres de la garde rapprochée se voient attribuer différentes missions en vue de confondre ceux dont la loyauté a failli.

Heureuse de partir avec le benjamin de la famille royale, Avelin, Aila déchante quand elle découvre que, en fin de compte, elle accompagnera l’héritier du trône, Hubert, aussi froid que rigide, dans une mission dans le comté d’Escarfe. Sa déception s’accroît quand elle apprend qu’elle sera présentée comme sa promise et qu’elle va devoir troquer sa tenue de combattante contre robes et frou-frou.

Tandis qu’Aila se prend finalement au jeu, des phénomènes bizarres apparaissent dans sa vie et la troublent. Comment se fait-il qu’elle pressente le danger ? Pourquoi son esprit devient-il capable de survoler l’espace qui l’entoure ?

Alors qu’un danger encore plus grand menace le royaume en la personne de Césarus, un empereur venu du nord qui détruit toute vie sur son passage, de nouvelles coalitions vont devoir naître pour contrer un oppresseur prêt à tout. Comment les ennemis d’aujourd’hui pourront-ils devenir les alliés demain ?